Je ne supporte pas les bruits anodins

Ce forum s'adresse aux gens touchés par un cas spécifique de troubles obcessionnels compulsifs. Le fait de se mettre en colère suite aux bruits de la vie quotidienne, provoqués par d'autres. Ceux qui en sont atteints comprendront qu'ils ont leur place sur
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 l'intersection

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cecily



Messages : 50
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: l'intersection   Sam 30 Avr - 12:14

Hier j'ai vu à la télé "l'homme qui ne voulait pas être fou", sur la deux, télé belge. C'est un schizo de 43 ans qui a vécu 5 ans dans la rue et dans des parcs publics, et qui maintenant vit dans un institut. Là, il a une petite chambre pour lui tout seul, mais tout autour, c'est la vie en commun avec les autres pensionnaires.

De nouveau, je suis frappée d'avoir des ressentis en commun avec les schizo, alors que la misophonie est une névrose sui generis et pas du tout une psychose. Le schizo et moi on est comme les deux patates avec une intersection, tirées du cours de "math modernes". Lui, il a des hallucinations et il ne sait pas comment faire sa lessive au lavoir. C'est ce qu'il a et que je n'ai pas. Par contre, dans l'intersection, il y a les choses qu'on partage: "Les autres m'envahissent"; "la promiscuité des autres le dérange". Par exemple, quand une autre pensionnaire l'aborde et lui raconte ses misères sans qu'il ne lui ait rien demandé, il est accablé et il tente de se protéger les oreilles et/ou les yeux; à sa place je ferais de même.

Les autres pensionnaires lui sont d'autant plus insupportables qu'ils sont l'image de ce qu'il ne veut pas être. Ils lui paraissent des êtres décervelés, dépourvus de projet, dépourvus de transcendance, réduits à leur existence corporelle. C'est l'image même de l'horreur pour le schizo... et pour moi.

Quelques fois, les psychiatres prescrivent aux misophones du Ritalin, autrement dit une amphétamine, et ça leur permet de mieux supporter les promiscuités, du moins tant que la drogue agit, mais après, bonjour les dégâts. On ne me fera jamais prendre ça! Par contre, avant d'aller au cours de couture et de travaux manuels créatifs que je suis trois fois par semaine, j'ai coutume de boire plus de café que d'habitude. Ca m'aide à rester concentrée sur mon travail et à ressentir la présence des autres positivement et normalement.

Le schizo ne supporte pas les autres parce qu'ils n'ont pas de projet, mais être en présence d'autres qui poursuivent un projet, ce n'est pas mieux. Comme sur le plateau de bureaux ou dans une salle de cours, d'un coup on se sent fatigué et déconcentré et d'un coup, les autres deviennent hostiles et écrasants parce qu'ils restent actifs, eux, et alors ils sont comme un troupeau de buffles qui nous passent dessus et nous bousillent à la poursuite de leur projet. Il faut prendre du ritalin ou du café pour rester actif et éviter cela.

Mais le mieux est d'avoir le confort de se retirer dans son espace à soi afin de travailler à son rythme sans être toujours en présence des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
l'intersection
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Points d’intersection des diagonales d’un polygone
» Géométrie dans l'espace: points d'intersection.
» somebody help me:intersection d'une hyperbole et droite
» barycentre , intersection de deux droites
» intersection d'hyperplans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je ne supporte pas les bruits anodins :: Discussions :: Racontez une anecdote-
Sauter vers: