Je ne supporte pas les bruits anodins

Ce forum s'adresse aux gens touchés par un cas spécifique de troubles obcessionnels compulsifs. Le fait de se mettre en colère suite aux bruits de la vie quotidienne, provoqués par d'autres. Ceux qui en sont atteints comprendront qu'ils ont leur place sur
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 un emploi sur mesures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cecily



Messages : 50
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: un emploi sur mesures   Ven 8 Avr - 11:51

J'ai d'abord été rejetée hors du monde du travail, car je me suis efforcée de travailler en présence d'autrui, tout en demandant avec insistance un bureau individuel. Mais il n'y a jamais eu de bureau individuel pour moi. C'était partager l'espace ou partir.
Au bureau, en plus de ne pas supporter les ruminants de chewing gum, les gens qui parlent avec un cheveu sur la langue, les grignoteuses de spécial K qui font traîner leur plaisir pour tuer le temps entre deux repas, les suçeuses d'Activia et autres panades dans des petits pots en plastique, je suis devenue allergique aux claviers d'ordinateur et finalement je n'ai plus pu rentrer du tout là-dedans.

Depuis une vingtaine d'années, on a tout décloisonné et on n'a plus jamais le droit de demander un bureau à soi. Alors c'est comme ça! Je suis à jeter et à rejeter.
J'ai essayé des emplois d'ouvrier mais soit il y a encore plus de mâcheurs de chewing gum chez les ouvriers, soit je rencontre un obstacle général, pas propre à ma névrose. Par exemple, "je suis trop lente": on ne sélectionne pour l'interim que les 30%meilleurs et je suis dans la moyenne, pas dans les meilleurs.

Mon expérience d'ouvrière me pousse à deux conclusions:
1) Les études sont une spécialisation comme une autre, qui n'a rien à voir avec l'intelligence. Il y a des employés plus bêtes que des ouvriers et des ouvriers plus intelligents que les employés. Un ouvriers intelligent se reconnaît à sa mémoire et à sa rapidité d'exécution.
2) On fait cependant croire aux ouvriers que les études rendent intelligent et que, parce qu'ils n'en ont pas fait, ils sont fatalement un peu plus bêtes que les employés. Ca permet d'être très exigeant avec eux tout en les sous-payant. Accessoirement, ça répand aussi de l'animosité entre ouvriers et employés et il bon de diviser pour régner.

Troisième conclusion: dans le monde du travail actuel, on rejette les gens moyens, car on préfère écrémer le haut du panier. Ceux qui sont plus bas, les gens moyens, sont interchangeables et fongibles. Ils forment un liquide coulé d'une précarité à l'autre et leur sort n'est pas enviable, car ils ne sont que moyens et jamais dans les meilleurs. Alors, quand en plus d'être moyen, on est névrosé, pffff... Quel employeur va-t-on intéresser?

Quoi qu'il en soit, c'est embêtant de n'être que névrosée et pas carrément autiste. Si j'étais autiste, je serais surdouée dans quelque chose au moins, et j'aurais un emploi sur mesures.
Ou alors, si par malheur j'étais autiste ET moyenne, j'aurais mes 30% d'incapacité et je ne devrais plus travailler du tout.
Tandis qu'ici, je dois chercher du travail mais on ne m'en fera pas un sur mesures.
Si la société refuse de s'adapter à moi et aux gens comme moi, c'est que, quelque part, on me soupçonne de tricher, de simuler. En effet, la majorité des employés, environ 70%, préférerait travailler dans un bureau individuel. Pourquoi, dans ces 70%, la majorité s'adapte-t-elle à l'inconfort de la promiscuité, et 5% des 70%, dont moi, ne s'adaptent pas?

Le médecin généraliste, chez qui j'échoue échevelée, cernée et fatiguée, me met en congé maladie.
Ensuite, il voit que je ne suis pas une dépressive chronique, que je vais tout de suite mieux grâce à son congé, mais que je rechigne à retourner sur l'open space. Alors, il commence à me soupçonner de ne pas faire tout mon possible pour guérir de mon problème. Il a l'impression d'avoir affaire à une "manipulatrice".
Par exemple, il y a régulièrement des psychiatres qui clament sur Internet ou dans les revues de santé pour le grand public, qu'ils ont obtenu "90%" de réussite dans la désensibilisation sous hypnose des misophones". Pourquoi je refuse d'essayer ça?
Ma réponse: "parce que ce sont peut-être de vrais psychiatres mais, en tant qu'auteurs de telles annonces, ce sont aussi de vrais charlatans."
Mais le médecin ne va pas croire sa patiente plutôt que le psychiatre auteur de la belle annonce.
Même si sa patiente est aussi licenciée en psycho?

Remarque: une accumulation de diplomes ne rend pas surdoué. Voir la conclusion n°1 ci-dessus.
Par contre, une accumulation de diplomes, ça permet de bien raisonner et d'avoir l'air d'une manipulatrice.
Comment dit-on cela dans les films policiers américains?
"Tout ce que vous dites pourra être retenu contre vous!"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
un emploi sur mesures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emploi du temps 2008-2009 à P12 pour les L2.
» Bijoutière recherche emploi en atelier!!!
» Emploi, réinsertion professionnel et Maladies Mentales
» fiabilité des mesures
» bonnettes mode d'emploi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je ne supporte pas les bruits anodins :: Discussions :: Racontez une anecdote-
Sauter vers: